Le plus ancien tablao du monde dans un bâtiment classé au patrimoine de Madrid | Daily Flamenco Shows

Iván Lucas et l’art flamenco peint

Nous sommes avec Iván Lucas pour apprécier sa représentation de la scène flamenca dans une œuvre d’art. Ce Tolédan, qui a vécu neuf ans dans différentes régions d’Asie, nous raconte comment il a découvert le flamenco et comment il s’est rapproché de cet art.

Comment trouvez-vous l’inspiration ?

L’autre jour, je regardais Rocío Molina, qui me fascine, parler de l’inspiration, j’étais assise dans le fauteuil et il m’était difficile de ne pas me mettre à danser. Pour moi, le processus de peinture consiste d’abord à me vider.

Pour préparer un tableau, je ne me chauffe pas les doigts, je m’assois et je médite, c’est un processus de vidange, de vidange de moi-même, puis d’ouverture et de remplissage. Pour moi, ce n’est donc pas un effort, je ne peux m’empêcher de m’inspirer de tout ce qui m’entoure, en général. Mais en particulier l’intensité, la passion et la diversité d’expression du flamenco, c’est ce qui m’inspire.

Que pensez-vous de la vitesse à laquelle nous vivons au jour le jour ?

J’ai passé les trois dernières années à vivre dans la jungle, en Inde, puis neuf ans dans différentes régions d’Asie. C’est là que j’ai découvert le flamenco. J’avais un studio de yoga où je peignais, et l’un des organisateurs du festival Cante de las Minas est arrivé. Ils ont organisé le festival à l’occasion d’un anniversaire et ont fait venir des artistes espagnols ainsi que des artistes gitans de l’Inde. Dans ce contexte, ils m’ont invitée à peindre, et ce fut un cadeau qui, pour moi, a transformé ma vie.

Le flamenco a toujours été la musique des gens qui souffrent beaucoup et je n’avais pas cet intérêt, mais lorsque j’ai pu assister à ce spectacle incroyable et inspirant, j’ai découvert cette communication entre la guitare, la danse, la musique et les battements de mains. C’est alors que j’ai commencé à ressentir cette communication dans ma main, j’ai senti que je faisais partie du groupe de flamenco mais que j’étais peintre, et c’est en 2013 que j’ai eu mon premier contact avec le flamenco et que j’ai rêvé de faire partie d’un groupe de flamenco en tant que peintre.

Cinq ans plus tard, j’ai écrit et coréalisé mon spectacle de flamenco, dans lequel j’ai réalisé les visuels en direct, et cette connexion que j’avais ressentie si profondément auparavant, je pouvais encore la sentir vivante.

J’ai eu un peu de mal à revenir dans la ville après le Covid. Je cherchais un moyen de fuir, mais il y a eu un moment où j’ai vécu une transformation et je me suis demandé : « Qu’y a-t-il ici qu’il n’y a nulle part ailleurs ? C’est là que j’ai renoué avec le flamenco. De là est née cette collection de peintures flamenco que je suis en train de réaliser.

Le flamenco est une soupe qui puise à de nombreuses sources, mais en particulier l’ethnie gitane vient de l’Inde, du Rajasthan, une région désertique à la frontière du Pakistan. Faire l’expérience de cette branche qui vient de l’Inde était très naturel, très beau et très excitant.

Il y a un film que j’adore: Latcho Drom: Que tengáis un buen viaje – La terapia del arte (Film documentaire de l’Algérien Tony Gatlif). Il s’agit d’un documentaire dans lequel il n’y a pas d’histoire, pas de mots, juste de la musique et de la danse. Il commence au Rajasthan, passe par le Moyen-Orient, l’Europe du Sud et l’Afrique du Nord et se termine à Badajoz.

Vous pouvez voir comment cela évolue en douceur, comment il le raconte sans remarquer de saut, un très beau voyage. Lorsque je suis retourné en Espagne, j’ai atterri à Badajoz, où se termine le film, et c’est là que j’ai eu ma première collaboration avec un spectacle de flamenco. J’ai découvert que la scène que j’aimais tant venait de là et c’était comme si elle s’incarnait dans le film.

Dans ces pays, il y a beaucoup d’intensité, les odeurs, les couleurs, les goûts, les sons, les gens. Ici, ce que je ressens en contraste, c’est qu’en Occident, nous avons cette fausse illusion que nous avons tout sous contrôle, avec notre assurance maladie, avec nos constructions en béton et en acier, avec la planification, avec les idées, une fausse illusion que nous avons tout sous contrôle. Mais là, ils sont conscients que non, là, chaque jour est une aventure. Et je pense que c’est ce qui les invite à vraiment apprécier chaque instant.

En particulier après Covid, il y a eu des vagues de décès dans le quartier et la semaine suivante, la vie continuait. Il n’y avait pas d’ancrage dans cette réalité, la vie continuait.

C’est la première fois que vous venez au Tablao Flamenco 1911 (anciennement Villa Rosa) ?

Je suis venue le visiter alors qu’il était vide et j’étais très curieuse de ressentir l’énergie qu’il dégageait lorsqu’il était en action. C’était très agréable de voir ce contraste entre l’arrivée des gens et l’effervescence qui régnait dans le cadre de l’inspiration. La palette de couleurs qu’ils ont ici est très proche de la mienne, cette palette de couleurs primaires et secondaires, intenses, c’est très agréable de pouvoir voir cela.

Historiquement, ce ne sont pas les artistes qui étiquettent l’art, ils font ce qu’ils veulent faire.

Par conséquent, je fais la même chose, ce que j’ai envie de faire. Je pense que l’une des caractéristiques de mon travail est que je ne me contente pas de peindre ce que je vois. J’aime passer en revue tous les artistes qui, au cours de l’histoire, ont documenté et peaufiné le flamenco.

Pour moi, transmettre ce que je ressens à travers tous mes sens, c’est comme danser avec les couleurs. La peinture est ma principale discipline, et il y a de nombreux moments où je ne regarde même pas la toile, où je ressens ce qui se passe et où je le transmets de cette manière.

  • Tickets available
  • There are few tickets
  • Sold out

Spectacles de flamenco

Du 27 mai au 2 juin

Spectacle quotidien de Flamenco Madrid

Il est possible d’acheter des billets futurs même si le programme artistique de certains mois n’a pas encore été publié.

Plus d'informations
Juan José Villar baila en el Tablao Flamenco 1911
Du 27 mai au 2 juin

Juan José Villar danse au Tablao Flamenco 1911

Appréciez l'art de cette grande danseuse de Cadix!

Plus d'informations
26, 28 et 30 juin

La pureté de la danse espagnole Laura Fúnez (Escuela Bolera)

Laura développe l'école du Bolera dans le monde du tablao avec innovation, force et élégance pure.

Plus d'informations
Du 4 au 9 juin

Jose Maya art dans l’etat pur

OCCASION UNIQUE!
Venez rendre visite à José Maya au Tablao 1911

Plus d'informations